Quel est le sens de la croix ?

Pour expliquer le sens de la mort de Jésus, examinons un extrait du Nouveau Testament :

« Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu. »
La Bible, 1 Pierre 3:18

Depuis des siècles, la croix a été le symbole incontesté du christianisme. Par “croix”, nous ne voulons pas dire un crucifix, l’endroit où Jésus mourut. La mort du Sauveur Jésus est la doctrine clé du christianisme.

Quel est donc le sens de la croix ? Quelle est, pour nous, la signification  de  la  mort de  Jésus  ?  Pour répondre  à  ces questions, nous examinerons le verset ci-dessus et essayerons de comprendre ce qu’il veut dire. Nous y trouvons quatre points concernant la mort de Jésus.

1. L’ émerveillement de la croix

Christ est mort. Voilà le miracle de la croix du Calvaire. La crucifixion était assez courante au premier siècle. Il n’y avait rien d’étonnant en cela. L’admiration de cette crucifixion-là consiste non pas dans l’acte en soi, mais dans la personne. Christ est mort.

« Christ » est la traduction française du mot grec « Christos », l’équivalent en hébreux du mot « Messie », pouvant être traduit par « l’Oint ». Ce titre était réservé à une personne très spéciale. Un autre nom du Seigneur Jésus-Christ est Emmanuel, qui signifie « Dieu est avec nous ».

Dans le verset que nous examinons, Christ est aussi appelé « le juste ». Il s’agit là encore d’un autre titre utilisé dans le Nouveau Testament pour désigner notre Sauveur1. Cela évoque la pureté et la sainteté de Jésus. Aucune action, aucun mot qu’il ait prononcé n’ont été opposés aux exigences de la loi de Dieu, ni une pensée, à l’Esprit de la loi de Dieu. Il a quitté ce monde tel qu’il y est entré – saint, pur, sans être corrompu par le péché. Mais le caractère de Christ n’était pas simplement d’être séparé du péché. Il se distinguait par une excellente morale – amour, miséricorde, vérité, bienveillance, bonté, compassion.

Ces deux titres nous montrent le miracle du Calvaire. Parce qu’il était le Juste, la mort ne pouvait pas le retenir. La mort est le salaire du péché, et puisqu’il n’avait jamais péché, il ne méritait pas de mourir. En tant que Christ, le Dieu vivant, il avait le pouvoir sur la mort, comme il l’a démontré en ressuscitant Lazare. Par conséquent, la mort n’a pas pu en faire sa proie. Et pourtant, Le Juste est mort. Pourquoi ?

2. Le sens de la croix

Ce verset nous dit deux choses concernant le sens de la mort de Christ. C’était pour les péchés. C’était pour des injustes.

C’était la punition des péchés, et pourtant nous avons déjà vu que Christ n’avait jamais péché. Pour les péchés de qui fut- il donc puni ? Le verset nous donne la réponse. Il a été puni pour les péchés des injustes. Quand il mourut, c’était à la place d’autres personnes. Ailleurs dans son épître, Pierre affirme très clairement cette vérité : « lui [Jésus] qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois2 ». En effet, la Bible le répète à maintes reprises : « Il était percé pour nos transgressions, il était brisé pour nos iniquités3 » ; « Christ est mort pour des impies4 ».

Permets-moi d’expliquer cela par une histoire. Un jour, un garçon (nous l’appellerons Tom) était désobéissant à l’école. L’enseignante dit à Tom qu’il aille au coin pendant dix minutes.

L’institutrice qui était nouvelle dans l’école ne savait pas que Tom ne pouvait pas supporter de rester longtemps debout parce qu’il était handicapé des jambes.

Mais il y avait un autre garçon (appelons-le Henry) de la classe qui leva la main et demanda : « Madame, puis-je aller au coin à la place de Tom ? »

L’institutrice avait l’air surprise: « Mais pourquoi, Henry, voudrais-tu aller au coin à la place de Tom ? » Demanda-t-elle. « Tu n’as rien fait de mal ! »

« Eh bien » dit Henry, un  peu  timidement,  «  Tom  est mon ami, et je sais que Tom ne peut pas rester debout très longtemps. » Alors, l’enseignante mit Henry au coin. Tom fut très reconnaissant envers Henry !

Ensuite, l’enseignante dit : « Les enfants, je veux que vous compreniez après ce que vous venez de voir, qu’Henry a pris la place de Tom parce que Tom ne peut pas supporter une longue station debout du fait de son handicap. Henry a été son remplaçant. Jésus-Christ a pris la place des pécheurs perdus parce qu’ils ne peuvent pas racheter leurs péchés. Par amour tout simplement, Jésus est devenu leur substitut. Mais, les enfants, Jésus n’est pas seulement allé au coin. Nos péchés méritaient de terribles souffrances en enfer. N’est-il pas merveilleux que Jésus fût prêt à subir la colère de Dieu à notre place pour nos péchés ! »

Que signifie tout cela à une échelle plus personnelle ? Cela veut dire que ma tromperie, ma fierté, ma convoitise, ma jalousie et le reste de mes péchés, qui me condamnent tous à l’enfer, ont été portés par Jésus lui-même. Il prend ma culpabilité et est puni à ma place. Voilà ce qu’enseigne la Bible. La mort de Jésus est la réponse de Dieu au péché, et est, en fait, la seule réponse efficace au péché et à la culpabilité de l’homme.

 

3. La réussite de la croix

Christ est mort pour les péchés une fois pour toutes. C’était un acte accompli « une fois pour toutes ». Il est impossible de le faire de nouveau, parce que cela a été une réussite à cent pour cent. L’homme Jésus a « offert un seul sacrifice pour les péchés5 ». La réussite était assurée parce que la croix était le plan du Dieu souverain et omnipotent. Quand Jésus affirma sur la croix : « tout est accompli6 », Il voulait dire que tout ce qui était nécessaire pour l’accomplissement du dessein d’amour de Dieu était réalisé dans sa mort.

J’ai récemment lu l’histoire suivante :

Il y a plusieurs années, un fermier chrétien était profondément préoccupé par un charpentier incrédule. Le fermier cherchait à présenter à cet homme l’Évangile de la grâce de Dieu et lui expliquer en quoi l’œuvre accomplie par Christ était toute suffisante pour accorder du repos à son âme. Mais le charpentier persistait dans sa conviction qu’il devait faire lui aussi quelque chose pour être sauvé. un jour, le fermier demanda au charpentier de lui fabriquer une porte. La porte terminée, il la transporta chez lui et demanda au charpentier de venir chez lui le lendemain.

À l’heure du rendez-vous, le charpentier arriva et fut surpris de trouver le fermier, debout, avec une hache tranchante à main. « Que comptez-vous faire ? » demanda-t-il. « Je vais rajouter quelques coups de hache à votre travail », répondit le fermier. « Mais vous n’en avez pas besoin », déclara le charpentier, « la porte est bien ainsi. J’ai fait tout ce qui était nécessaire pour cela. » Le fermier n’en fit aucun cas, et il mit en pièces la porte à grands coups de hache. « regardez ce que vous avez fait ! » s’écria le charpentier. « Vous avez ruiné mon travail ! » « oui », répondit le fermier, « et c’est exactement ce que vous essayez de faire. Vous essayez de réduire à néant l’œuvre parfaite de Christ par vos misérables additions à ce qu’il a accompli ! »

C’est la manière dont Dieu usa pour montrer à ce charpentier son erreur. Ce dernier fut conduit à placer sa foi en ce que Jésus-Christ a fait pour les pécheurs. Lecteur, lectrice, en as-tu fait de même ?

4. Le but de la croix

Le but était de nous amener à Dieu. L’amour de Dieu a rendu le Calvaire possible, mais c’est la sainteté de Dieu qui le rendait nécessaire. Le problème a toujours été le péché de l’homme qui le sépare de Dieu. À cause de son péché, l’homme est un ennemi de Dieu. Il ne peut accéder à la présence de Dieu. Il est pécheur et éloigné de Dieu par nature, par son attitude, son comportement et ses désirs.

Dieu et l’homme sont aussi différents que la sainteté et le péché. Ils sont complètement incompatibles. Et cela est voué à perdurer à moins que le pécheur ne soit transformé et que le problème de son péché ne soit réglé.

Le péché t’amènera finalement à Dieu, mais uniquement pour qu’Il te condamne et te jette en enfer. L’objectif de l’Évangile est d’amener l’homme à Dieu, mais un homme acceptable et juste. Il s’agit d’une tâche immense, qui n’est uniquement réalisable que par le moyen de la croix. Par Sa mort sur la croix, Jésus a réglé :

La culpabilité du péché – il l’a portée sur lui-même ;

La colère de Dieu – il est devenu l’objet de la sainte colère de Dieu pour nous, satisfaisant ainsi la justice divine ;

La corruption de l’homme – il a montré comment Dieu peut rester juste tout en justifiant le pécheur7.

La foi en l’œuvre de Jésus met (impute) à notre compte la justice de Christ, en dépit de notre péché. Tout cela est possible parce que Christ est mort à notre place. Il nous amène à Dieu.

  1. Actes 3 : 14, 7 : 52, 22 : 14
  2. 1 Pierre 2:24
  3. Ésaïe 53:5
  4. Romains 5:6
  5. Hébreux 10:12
  6. Jean 19:30
  7. Romains 3:26

Commandez votre exemplaire du livre "La Foi sur le Gril"

Et bénéficiez d’un frais d’envoi à 0.01€ !

N’avez-vous jamais eu envie d’exposer un chrétien, de le mettre sur la sellette et de le presser de questions difficiles sur Dieu, la Bible, la foi, la science, et le monde, etc. ? Dans "La foi sur le Gril", l'auteur, pasteur et auteur, donne des réponses simples et sans fiorituresà ces questions brûlantes.

Commander le livre

Nos vidéos

Vous voulez parler ?

Si vous vous posez des questions à propos de la foi chrétienne, n'hésitez pas à nous envoyer un message. Nous nous efforcerons de vous répondre du mieux que nous pouvons, pour vous donner des conseils dans votre recherche de la vérité.

Nous préservons la confidentialité de vos informations personnelles, qui ne sont partagées avec aucun tiers.

Copyright © 2018 La Foi sur le Gril | Mentions légales & CGU